Charles Le Hyaric. Enlacer l'éternité
Essai d'Ann Hindry

Art contemporain / 64 pages / 15,5 x 23 cm / 12 euros
ISBN : 979-10-96911-14-1

En partenariat avec la Fondation Salomon (Annecy)

A PARAITRE LE 6 NOVEMBRE 2018

 

 

 

 

L'ARTISTE

Charles Le Hyaric observe les éléments, les paysages, en collecte des fragments avant de les transformer au service de son art polymorphe. Ses dessins et installations nous offrent alors tout un monde à découvrir : un univers mental et rêvé où le champ des réflexions est infini.

 

L'AUTEUR

Historienne de l’art et critique d’art, conservateur de la Collection d’Art moderne de Renault depuis 1996, Ann Hindry soutient le travail de Charles Le Hyaric depuis plusieurs années et le suit dans sa progression plastique. Elle l’avait notamment parrainé en 2017 lors de sa nomination au Salomon Foundation Residency Award.

 

 

Exposition à La FabriC - Fondation Salomon (Annecy)
jusqu'au 17 novembre 2018

 

EN SAVOIR PLUS SUR L'EXPOSITION
A LA FONDATION SALOMON (ANNECY)

 

 

 

DIFFUSION/DISTRIBUTION :

HIPPOCAMPE EDITIONS
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06-88-24-20-06

 

 

 

 

 

4.09.18

Reprendre un projet de livre abandonné, cinq ans après la mort du principal destinataire et ami, c’est comme redescendre dans les catacombes, ouvrir la porte scellée d’une tombe sacrée.

JB Pontalis est mort le jour où je devais lui remettre les cinquante premières pages d’un livre ancien, le plus ancien que j’avais jamais commencé. Sous des formes multiples et toujours recommencées, bien entendu. Mais c’était toujours le livre rêvé, pensé, imaginé, repoussé à plus tard. Ma traversée de Segalen intéressait Pontalis. Cette « autographie », comme il aimait appeler ce procédé qui consiste à s’écrire à travers la vie et l’œuvre d’un.e autre, sur la diagonale d’une vie comme celle de Segalen, avait une chance de figurer dans la belle collection L’Un et l’Autre dont j’étais familier pour bien des raisons : comme lecteur et ami de plusieurs auteurs et de son éditeur. Ce qui n’était pas une facilité, bien au contraire. 

Cette remise de manuscrit était une étape importante dans cette amitié de douze ans qui ne devait pas servir, nous étions d’accord, la cause d’un « jeune » auteur, ni l’amitié qui devait suivre un haut-chemin pur de toutes convoitises ou intérêts. Nous étions donc passés à côté des deux premiers livres, du moins pour la collection. Mais après douze ans l’idée avait le droit de citer. Une ébauche du manuscrit était prête pour le 15 janvier 2013, date anniversaire, et hélas, date d’adieu.

Je rêvais d’écrire sur Segalen depuis l’Université. Mais pas comme un universitaire. Je rêvais d’écrire, point. Et j’écrivais de tout, partout, comme je pouvais, le plus souvent invisible, progressant d’étapes en étapes, dans mon « en-allée » personnelle. Dans l’élan des débuts. Toutefois, la grande diagonale qui menait à Segalen n’était pas plus rectiligne que la traversée de la Chine, semée d’embuches et de détours, de retours en arrière et de progressions difficiles. Ce projet d’écrire c’était quoi ? Un parcours du combattant, auquel on refusa plusieurs soutiens, et qui occasionna bien des découragements. Alors le temps passa et le manuscrit resta au fond d’un tiroir électronique. Avec tout de même la ténacité d’un coin de cerveau bien décidé un jour à aboutir, à rendre hommage à cet ami de toujours.

Depuis quelques jours des lumières s’allument, Segalen réapparait en pleine lumière, pour ainsi dire de lui-même, au moment où je me prépare à ressortir les premiers feuillets, à prendre le pouls de l’endormi, à retourner vers ma bibliothèque « Segalen » qui n’a cessé de s’enrichir au fil des années, joyeusement avide des éditions nouvelles et des publications inconnues.

Libraire-galeriste à Lausanne, et auteur de deux livres, Marc Agron vient d’acquérir quelques ouvrages anciens liés à Segalen. Nous nous découvrons une figure tutélaire commune. Voilà qui aide l’élan, déjà bien ragaillardi par le projet d’un livre aux éditions Hippocampe.

David Collin
 
 

 

 

 

Baptiste GAILLARD
Bonsaï

Poésie / 120 pages / 14 x 21 cm / 13 euros
ISBN 979-10-96911-13-4

A PARAITRE LE 6 NOVEMBRE 2018

 

 

 

 

« Qu’un rivage soit mimé par des ridules, et l’immensité de la mer par du lisse. Une complexité dans certaines peintures, où des aires sont planes, séparées par des flétrissures. Plusieurs matières mettent un autre temps à sécher, entre elles se rétractent. La frontière entre différentes peaux différemment froissées. Il s’agit d’un seul tableau.  »

 

 

 

 

Débat avec Alain Garlan, auteur de Rois de la forêt
et de L'Attrait des leurres chez Hippocampe éditions.

"Tout le pouvoir aux artistes !"
Débat animé par Philippe Brunet-Lecomte

 

Lundi 29 octobre 2018 à 18 heures 30
Péniche mytoc 12 quai Maréchal Joffre 69002 LYON

 

 

 

 

 

 

20 pages / Gratuit dans les points de dépôt

 

ACHETER LE NUMERO PAR CORRESPONDANCE :
3 euros de participation aux frais de port et de gestion

 

 

AUTEURS DE CE NUMERO

Lilian Auzas, Philippe Blanchon, François Bordes, Stéphane Boudin-Lestienne, Claude Chambard, David Collin, Jérôme Duwa, Alain Garlan, Thierry Gillybœuf, Nina Leger, Alexandre Mare, Anne Maurel, Michel Ménaché, Cyrille Noirjean, Hugo Pradelle, Sandrine Reisdorffer, Philippe Roux.

 

 

 

Présentation du n° 15 d cela revue Hippocampe (écritures, réflexions, images)

Mercredi 26 septembre 2018 à 19 heures
Librairie Le Bal des ardents 17 rue Neuve 69001 Lyon

Entrée libre

 

Avec Jean-Guy Coulange, Alain Freudiger, Sylvie Lagnier, Warren Lambert et Gwilherm Perthuis

 

DECOUVRIR LE SOMMAIRE DU NUMERO

 

 

 

Plutôt que de penser le développement de la maison d’édition (Hippocampe éditions) à travers des collections thématiques ou des collections propres à des genres littéraires, nous avons opté pour la mise en place de plusieurs séries distinguées par des formats qui coïncident avec des typologies de livres : un format moyen adapté à l’édition de textes ; un plus grand format destiné à des projets hybrides rassemblant des matériaux hétérogènes - textes, images, documents, archives - et imprimé sur un papier adapté à l’iconographie ; puis un format intermédiaire dédié à une ligne spécifique de catalogues conçus en partenariat avec la Fondation pour l’art contemporain Salomon (Annecy). Enfin, dernière étape dans le développement des ramifications de la maison d’édition, nous avons imaginé une série de petits formats qui accueillera des monographies de créateurs ou d’intellectuels des XXe et XXIe siècles. 

Des contraintes donnent une unité à cette dernière série monographique : le texte compte 75’000 signes espaces compris (essai ou récit) et il est associé à un cahier iconographique de 8 ou 16 pages, le tout composant un livre de moins de 100 pages.

Nous souhaitons réserver cette suite éditoriale à des personnalités méconnues, tombées dans l’oubli, restées dans l’ombre, alors que nous considérons que leur oeuvre ou leur pensée sont un apport essentiel, voire déterminant, à l’histoire de la création et des idées. Nous privilégierons également des figures auxquelles peu de publications furent consacrées ces dernières années.