Texte de Gwilherm Perthuis

Le jeune artiste français Nicolas Floc'h expose à Francheville dans un bâtiment militaire restauré. Un événement de qualité qui laisse présager d'une programmation exemplaire dans les mois à venir.

Une solution radicale pour se protéger de la canicule et du soleil de plomb estival : visiter une exposition d'art contemporain. Depuis le 15 mai, le Fort du Bruissin à Francheville (69) a rouvert ses vaisseaux souterrains au public, pour une exposition monographique consacrée à Nicolas Floc'h qui présente un double intérêt : découvrir l'architecture militaire remarquable en partie restaurée, puis s'imprégner de l'œuvre multiple de l'artiste trentenaire, éclaté pour quelques semaines dans de grandes salles cachées sous terre, au frais. L'atmosphère change radicalement dès que l'on pénètre le lieu d'exposition : on perd plusieurs degrés, l'espace d'accueil peint du sol au plafond en rouge rompt avec l'environnement naturel dominé par le vert, et la déambulation dans les longs couloirs voûtés tend à perdre le visiteur ou à lui faire perdre ses repères temporels. La municipalité de Francheville semble avoir fait de grands efforts pour réhabiliter ce lieu patrimonial (il y a un peu plus d'un an) pour le transformer en un centre d'art contemporain qui deviendra certainement une référence en région Rhône-Alpes et en France. dscn2148.jpg La présente exposition va dans ce sens en consacrant l'ensemble des espaces à un artiste très visible sur la scène artistique, et qui, par exemple, a récemment exposé au CAPC de Bordeaux, au SMAC de Gand ou au MAC/VAL de Vitry-sur-Seine. Nicolas Floc'h dispose de très vastes espaces, qui tout en étant intéressants individuellement, ne sons pas faciles à coordonner pour définir un parcours d'exposition. L'artiste montre des pièces représentatives de la diversité de son travail, qu'il conçoit comme la révélation d'informations ou de formes sous jacentes dans d'autres productions exogènes à ses interventions. S'appuyant fréquemment sur des références à l'histoire culturelle ou à l'histoire des idées, il manipule par des interventions plastiques des éléments ancrés dans l'histoire de l'art, afin d'en révéler des aspects peu mis en valeur. A ce titre, l'œuvre qui introduit le parcours est particulièrement éloquente pour résumer le jeu d'association qui préside à la création des pièces de Nicolas Floc'h : un aquarium mural dont le fond de couleur bleu Klein est animé par l'évolution de deux poissons rouges (en référence aux taches dans la peinture de Miro). dscn2156.jpgIl convient de souligner la qualité de l'accrochage proposé au fort de Francheville qui est totalement mis au service de l'œuvre, chaque pièce étant présentée selon des modalités qui correspondent à sa nature et qui favorisent sa lecture. Les tubes de peintures réalisés à partir des résidus de toiles rejetés par des artistes importants sont placés au sol dans une vitrine très basse, les morceaux de piste de danse accrochés au mur comme de très grands monochromes, les vidéos projetés sur des écrans dans des salles non rénovées auxquelles le visiteur n'a pas accès. Les effets sont dans chaque cas très réussis et favorisent la rencontre entre l'œuvre et le lieu, le visiteur trouvant facilement sa place entre les deux. Notons toutefois que le lieu ne permet par de définir un parcours précis et que l'accrochage trouve son efficacité dans la cohérence de chacun des espaces séparément. Le fil conducteur entre les salles s'évanouit, les salles fortes en autonomie ne sont pas transcendées par la déambulation, à part pour quelques vidéos visibles de loin à l'étage. La vidéo Anna's life a particulièrement retenu notre attention. Il s'agit d'un parcours filmé dans les rues de Tokyo d'un personnage féminin nommé Anna. Alors qu'elle semble être le sujet du film, le visiteur prend rapidement conscience qu'elle n'est qu'un prétexte pour dresser un autre portrait plus abstrait, celui de la capitale nippone articulé autour des vues rapprochées de l'architecture, des rues, des escaliers, des enseignes, qui rentrent parfaitement en écho avec les tags conservés sur les murs de la cellule dans laquelle le film est projeté. Nous sommes tenus à l'écart, la vidéo est visible à distance, ce qui permet de donner toute son importance à l'environnement laisser dans son état d'avant travaux, véritable prolongation des images mouvantes de Nicolas Floc'h. Le cadre de la baie au travers de laquelle nous visionnons Anna's life permettant de donner un caractère pictural à l'image, tout en ouvrant le film sur l'architecture réelle du lieu qui est visible par transparence. Des stratégies de monstration similaires sont utilisées pour d'autres vidéos qui questionnent l'histoire de la peinture, le monochrome et l'idée de recouvrement dans l'acte de peindre, avec entre autres, un plan fixe sur une salle immaculée qui est progressivement recouverte de dégoulinures de peinture noire. Ce travail n'est d'ailleurs pas étranger aux tubes de peintures évoqués plus haut qui, étiquetés aux noms d'artistes tels que Ian Pei Ming, Philippe Cognée ou François Morellet, renferment la matière résiduelle qui recouvraient leurs tableaux qu'ils ne voulaient plus présenter. La peinture n'est qu'une opération de recouvrement. C'est au même problème que Nicolas Floc'h s'intéresse lorsqu'il expose des dizaines de mètres linéaires de pistes de danse, sur lesquels les traces de chaussures et des pas de danse peuvent se lire sur la surface. Comme un recouvrement éphémère de la surface dont les traces sont révélées lorsque la structure horizontale est érigée en peinture (verticale). dscn2162.jpg La notion de « musée portable » sur laquelle l'artiste a particulièrement travaillé est au cœur de cette exposition. Le visiteur est invité à s'approprier une partie de ce musée (mouvant) et à réfléchir à la place qu'il tient aujourd'hui, en déambulant dans les espaces clairement enracinés mais très dynamiques du Fort du Bruissin.

Nicolas Floc'h

Jusqu'au 12 juillet 2009

Vendredi, samedi et dimanche de 15h à 19h Entrée libre

Fort du Bruissin

Chemin du château d'Eau FR - 69340 Francheville 04 72 13 71 00